Et maintenant ? Gilets jaunes, politique et retour à l’ordre

L’acte 18 des Gilets jaunes, destiné à fêter dignement la clôture du « grand débat national », a fait la preuve que le mouvement n’est non seulement pas en perte de vitesse, mais qu’il choisit ses moments et ses modes d’action, ce qui lui permet d’imposer à l’exécutif son propre calendrier. Que l’émeute elle-même ait débordé à Paris, que la manifestation n’ait plus été qu’émeute, cela tient d’une part à l’exaspération générale face au mur du silence et du mépris dressé par l’Etat, ainsi qu’à des raisons purement conjoncturelles : plusieurs manifestations simultanées, la nécessité de défendre les bâtiments ministériels et l’Elysée ainsi que le symbole de l’Arc de Triomphe, ont laissé sur les Champs la police en sous-nombre et tétanisée par la violence des charges des émeutiers. Le samedi 16 mars restera dans les mémoires  comme le jour où on a brûlé le Fouquet’s et pillé les boutiques des Champs-Elysées. Peut-être que dans quelques années, au fin fond d’une province déshéritée, on sortira des couverts du Fouquet’s pour le repas du dimanche, et on s’en souviendra.

Mais maintenant, que faire ? Et quelle direction peut prendre le mouvement des Gilets jaunes ?

Depuis les annonces de décembre et le début du grand débat national de Macron, la ligne du gouvernement consiste à poser que le mouvement des Gilets jaunes n’a plus lieu d’être, et que ceux qui descendent encore dans la rue et occupent les ronds-points sont de simples agitateurs, voire des factieux qui veulent renverser la République. C’est une répression policière et judiciaire d’une ampleur et d’une violence sans précédent qui s’est abattue sur des populations qui ne sont pas criminalisées a priori par leur propre statut social, comme les banlieues. La répression s’est exercée sur des Français moyens, et c’est déjà une rupture notable.

Face à cela, les Gilets jaunes ont réussi à faire vivre le mouvement, qui s’est maintenu dans sa forme interclassiste « par en bas », c’est-à-dire associant la petite classe moyenne et une forte composante prolétarienne sans être spécifiquement ouvrière, de travailleurs pauvres et précaires, de retraités, d’employés du secteur public parmi les plus mal traités, etc. Cette composition, qui n’est pas homogène mais comprend de fortes disparités locales, paraît  maintenant stabilisée, mais quoi qu’il en soit, elle ne nous donnera pas la clé de la situation. Le dépassement des oppositions de classe n’est pas contenu dans ces oppositions, la contradiction n’est pas la garantie de son propre dépassement. Qualifier ce mouvement de prolétarien ou non ne nous avancera guère dans sa compréhension, pas plus que les considérations idéologico-morales sur le fait de savoir s’il est notre « ami » ou notre « ennemi ».

Ce qui paraît évident, c’est que l’ensemble interclassiste qui s’est constitué depuis décembre semble désormais stabilisé, et qu’il ne paraît pas devoir s’étendre au-delà de lui-même. En particulier, les deux types d’alliances qui paraissaient au cours du mouvement les plus probables, l’alliance avec les « quartiers populaires » et celle avec les syndicats ont échoué à se faire ou ont avorté. Non pas que des racisés ou des travailleurs syndiqués n’aient pas rejoint le mouvement, mais tout se passe comme si ce mouvement produisait une extinction de la particularité sociale de ceux qui le rejoignent.

Cet état de fait est produit par la nature interclassiste du mouvement : chaque secteur de la société est invité à se fondre dans cet ensemble populaire, à se défaire de ses appartenances politiques et sociales pour s’agréger à l’ensemble « peuple ». Pour être tous ensemble, il faut être tous pareils, et il est difficile d’appeler les syndicats à organiser une grève générale tout en leur demandant de cesser d’exister comme syndicats, et de demander aux racisés de rejoindre le mouvement pour aussitôt affirmer que le racisme se résout de lui-même dans la demande de justice sociale.

Cette capacité intégrative a été et demeure la plus grande force du mouvement, c’est sa volonté de « faire peuple » qui constitue sa dynamique, mais on voit ici que c’est également sa limite et ce qui l’empêche de s’étendre. C’est que « le peuple » n’est pas la réalité immanente qu’il pense être, qu’il est construit de manière différente dans chaque mouvement interclassiste. Les Gilets jaunes peinent à accepter le fait qu’ils sont désormais essentiellement un mouvement des plus pauvres, de la force de travail non-intégrée, et si on persiste à parler d’une supposée composante « petits patrons », c’est comme un gage de respectabilité et d’universalité. En réalité, cette composante a empoché les primes de Macron (dans les petites entreprises familiales, une telle prime défiscalisée peut être une aubaine pour tout le foyer), et les commerçants ont déserté le mouvement dès avant les fêtes. La capacité intégrative des Gilets jaunes s’exerce désormais essentiellement vers le bas, c’est de ce peuple-là dont il s’agit.

Contrairement à ce qui se passe en Algérie, où toutes les composantes de la société descendent ensemble dans la rue pour réclamer la démocratie, en ordre de bataille et selon la hiérarchisation sociale qui est la leur, c’est-à-dire sous les classes moyennes supérieures et la bourgeoisie, les Gilets jaunes forment un ensemble « populaire », au sens où l’on parle couramment de « classes populaires », et ceci est la nature de leur interclassisme. Le jeune avocat Gilet jaune François Boulo le dit : à Rouen, il a échoué à convaincre le moindre de ses collègues à le suivre sur les ronds-points. Il n’y a pas d’avocats, pas de médecins, pas de professeurs d’université parmi les Gilets jaunes. Que par ailleurs, dans les sondages, « 70% des Français » soutiennent ou pas les Gilets jaunes ne change pas grand-chose à cet état de fait. Reste à savoir quelle est la situation politique dans laquelle l’ensemble populaire ainsi constitué se trouve plongé.

Le problème principal des Gilets jaunes est désormais le refus de dialogue de l’Etat. Macron a déjà reculé une fois, certes en trompe-l’œil eu égard aux mesures prises, mais il a dû subir l’humiliation d’un mea culpa et faire au moins mine de prendre en compte le mouvement. Personne n’a été dupe par ailleurs du fait que cette prise en compte soit en réalité une reprise en main, et la mise en scène du grand débat, auquel les Gilets jaunes qui en étaient la cause n’ont jamais été associés a été assez tournée en dérision. Toujours est-il qu’« ils » ont bougé, pour la première fois depuis des années, et c’est déjà quelque chose.

Mais il semble que maintenant on en soit revenu à la gestion de crise qui a fait ses preuves depuis au moins 2010 : faire bloc et ne pas broncher. Il n’est pas certain que cette stratégie soit la plus habile, mais en réalité, on voit mal sur quoi l’exécutif pourrait raisonnablement céder sans perdre la face et surtout sans ouvrir la voie a plus de revendications encore. Céder sur l’ISF ou autre chose serait sans doute possible, moyennant quelques-uns de ces aménagements dont les technocrates ont le secret, mais alors cette victoire ne serait qu’un encouragement à continuer la lutte pour obtenir plus encore, le tabou absolu étant une augmentation significative du SMIC et des minima sociaux. La limite est clairement posée : le coût du travail n’augmentera pas en France. Nous ne sommes pas en 1968, il n’y aura pas d’accords de Grenelle, quelle que soit la puissance du mouvement, et confusément tout le monde le sait. On sait bien qu’« ils » ne lâcheront rien sur l’essentiel ni sur l’accessoire.

Si le mouvement des Gilets jaunes a échoué pour l’heure à s’étendre au-delà de lui-même en intégrant d’autres secteurs susceptibles d’entrer en lutte, c’est au niveau politique qu’est susceptible de se construire le consensus le plus large en son sein, afin d’unifier les tendances déjà présentes et de gagner en cohérence si ce n’est en extension. Ce niveau de l’idéologie est celui où la hiérarchisation interne du mouvement peut le mieux se produire, sous la domination de la petite classe moyenne cultivée, qui vote ou qui milite et qui est en capacité de s’emparer d’éléments de discours critiques susceptibles de s’opposer de manière crédible au discours de la bourgeoisie. Il faut tout de même préciser que si ce niveau idéologique est bien réel et agit sur la forme des luttes, l’activité de lutte elle-même ne se réduit pas à la production idéologique et la déborde souvent, en même temps qu’elle la constitue.

 On a chassé à plusieurs reprises l’extrême-droite des manifestations, critiqué E. Chouard et l’UPR, mais les points de convergence gauche-droite vont bien au-delà de ces clivages, signe que le vieux clivage, en l’absence d’un mouvement ouvrier constitué, n’a plus guère de sens. La distinction entre gauche et droite aujourd’hui n’est plus qu’une affaire de distinction culturelle et sociale, qui n’a même plus pour se marquer la question du racisme, qui est devenu transversal aux deux camps. On pourrait faire une cartographie croisée de l’islamophobie et de l’antisémitisme de gauche et de droite ces quinze dernières années, pour ne prendre que les deux axes essentiels du racisme politique en France, observer les points de chevauchement et d’éloignement, etc., et constater que l’ensemble du champ politique est couvert. On est loin des années Mitterrand et des petites mains jaunes. De la même manière, en dehors du camp libéral, dès lors qu’il s’agit de critique sociale et de dénoncer les inégalités, tout le monde parle de plus en plus le même langage. Ce langage commun, dont des éléments peuvent se retrouver du militant d’Attac au syndicaliste en passant par l’électeur du RN ou de la FI, le complotiste qui s’informe sur Internet ou le Black bloc anarchiste parisien, constitue le socle théorique populiste qui a fait que depuis quatre mois les gens ont pu réussir à se parler dans les manifestations et sur les ronds-points sans se fâcher. Les Gilets jaunes sont moins apolitiques que transpolitiques.

Ce discours commun repose sur toute une série d’oppositions idéologiques : opposition entre le peuple et les élites d’abord, discours qui se retrouve autant chez les Pinçon-Charlot qu’à l’extrême-droite, et qui produit, en focalisant la critique sur les plus riches, un lissage artificiel des oppositions de classe réelles, telles qu’elles existent dans la société, et qui sont loin de se ramener au schéma simpliste lui aussi, mais qui tombe en désuétude, des ouvriers contre les patrons. Car si ce mouvement est bien dirigé contre la bourgeoisie, il ne peut faire l’impasse sur le fait que celle-ci est toujours portée par les classes moyennes supérieures, qui ne soutiennent pas spécialement Macron mais qui que ce soit leur garantissant de pouvoir s’enrichir sans être matraquées fiscalement, le droit à la propriété et à la spéculation immobilière, et le droit à l’héritage qui consolide le tout et qui fait que les chiens ne font pas des chats ni les ouvriers des chirurgiens cardiaques. C’est cette classe-là qui soutient activement le régime libéral en place et qui tire de son sein même les éditocrates qui hantent les plateaux de BFM et de LCI, qui ne sont pas simplement des propagandistes à la solde du pouvoir mais bien les porte-voix d’une classe qui n’est pas celle des Bouygues et des Bolloré, mais de leurs employés.

Cette focalisation sur les plus riches produit au sein du mouvement une égalisation comparative des situations qui confirme le droit à s’enrichir honnêtement, c’est-à-dire justifie l’aspiration des enfants de la classe moyenne à sauter dans l’ascenseur social qui leur fera rejoindre les couches supérieures de la société, où ils s’empresseront à leur tour de verrouiller leurs privilèges de classe, là où pour certains la revendication de « vivre de son travail » signifie simplement la possibilité de survivre. Le mythe de la méritocratie libérale persiste contre toute évidence, dans un monde où pour certains « travailler dur » signifie simplement ne pas se retrouver à la rue, et pour d’autres, accumuler des statuts, des rentes et des propriétés.

Une autre opposition fondatrice du discours commun populiste est l’opposition entre la finance, la banque, la spéculation et l’économie dite réelle. Cette distinction tend à valider idéologiquement l’activité immédiate des sujets du capital, le travail et la consommation, comme production et consommation réelles de biens et de services, comme activité sociale neutre, mue uniquement par les besoins et leur satisfaction, ou dans le langage libéral par l’offre et la demande, et à y opposer l’activité parasitaire de capitaux qui ne seraient pas liés à cette activité et tendraient à l’orienter en leur sens propre. Les chaînons qui sautent dans cette description sont (entre autres) l’investissement (le capital investi n’étant jamais constitué uniquement de plus-value, mais provenant de prêts qui sont un pari sur de futurs bénéfices) et l’exploitation (ces futurs bénéfices n’étant jamais produits que par de la plus-value, c’est-à-dire du travail non payé). Le phénomène de la spéculation n’y change pas grand-chose : sans prêts bancaires, c’est-à-dire sans un capital ne provenant pas de son activité propre, aucune entreprise (ni d’ailleurs aucun Etat) ne pourrait fonctionner, uniquement sur ses bénéfices propres patiemment réinvestis. La pression des actionnaires cherchant un retour sur leur investissement n’est pas fondamentalement différente de celle du petit patron qui veut tirer un bénéfice de son activité : sans surtravail, pas de plus-value. L’existence des marchés de capitaux n’exprime que la tendance aveugle du capital à s’accumuler, ils ne sont pas un à-côté parasitaire du capitalisme.

Mais nous ne vivons pas dans ce monde bucolique et paternaliste de petits patrons soucieux de leurs employés et réinvestissant sou à sou leurs bénéfices pour patiemment agrandir leur entreprise. Nous vivons dans le capitalisme mondialisé, où on ne produit qu’au sein de flux interconnectés qui ont leurs propres règles, où la productivité croissante du travail s’impose à tous comme une loi d’acier (ne serait-ce que parce que la productivité moyenne définit le coût des matières premières et pousse tous les entrepreneurs à se situer sur cette échelle productive, par ex.), où la mécanisation et l’automatisation sont des nécessités de la production, et donc l’investissement massif en capital fixe, qui réclame de toute évidence l’intervention de capitaux déjà constitués et pèse sur le travail vivant.

 C’est bien parce que le but de la production capitaliste n’est pas d’offrir des biens et des services mais de produire plus de capital qu’on en est arrivés là. Aujourd’hui, la planète entière ne suffit plus à satisfaire ce que consomme une activité économique qui est non seulement incapable de « donner du travail à tout le monde », mais produit des masses de misérables à proportion de « richesses » aussi dérisoires que les colonnes de chiffres du rapport annuel d’une multinationale, mais infiniment plus destructrices. Dans la nuit de la circulation des capitaux, où tous les chats sont gris, il ne sera jamais possible de distinguer ceux qui sont investis dans l’économie dite réelle et ceux qui servent uniquement à l’achat et à la revente de titres à des fins spéculatives : tout cela n’est jamais que du capital, et c’est le capital qui est la seule « réalité » de l’économie. Au mieux peut-on tenter de réguler cette activité afin qu’elle ne crée pas de bulles spéculatives et ne vienne pas nuire au capitalisme dans son ensemble, ce à quoi, et pour les mêmes raisons, on échoue régulièrement.

Mais est-ce que nous voulons bien sauver le capitalisme de lui-même, et pourquoi tous les discours politiques produits se ramènent-ils, comme malgré nous, à perpétuer ce qui nous écrase ?

Depuis la fin de l’ancien cycle de lutte et du vieux mouvement ouvrier, la lutte de classes a repris son expression la plus simple, celle d’une lutte entre classes désirant assurer leur existence dans le système qu’ensemble elles constituent. Ce système est le capitalisme, et c’est nécessairement le capitalisme qui est l’horizon unique des luttes de classes en son sein. La contradiction qui existe au sein de cette lutte réside en ce qu’une de ces classes, le prolétariat, ne peut être intégralement reproduite dans le capital. L’autodéfense de classe se heurte alors au fait qu’en tant que classe du capital, la fonction du prolétariat est bien d’être exploité, mais que cette exploitation est synonyme d’une éjection continue hors du procès de production, c’est-à-dire, au niveau de développement actuel du capital en totalité sociale, hors de la société elle-même, ou en tout cas à ses marges.

Dans les luttes interclassistes, le prolétariat tente de rejoindre la société civile, dont l’activité est fondée sur la plus-value déjà produite, afin de réaffirmer sa présence au sein de l’ensemble capitaliste. C’est ce qui se produit dans l’interclassisme, avec la production de discours idéologiques qui tendent à nier une fois encore l’existence du prolétariat, qui évacuent la question de l’exploitation du travail vivant, sur lequel l’ensemble social repose. Pour s’affirmer socialement, le prolétariat doit accepter de nier son existence sociale réelle. Plus aucun discours d’affirmation de la classe dans le mode de production n’étant possible, en raison même de la situation effective de la classe, dans les luttes interclassistes c’est l’effacement de la spécificité du travail productif qui devient une stratégie de classe.

Politiquement, le populisme est le lieu de cet effacement, où le prolétariat, cette classe impossible, disparaît dans l’ensemble « peuple », qui n’est que la naturalisation de l’existence sociale de chacun dans le capital. Le populisme n’est pas un « mauvais tour » qu’« on » jouerait de l’extérieur au prolétariat, il est produit de l’intérieur, par la classe elle-même, par sa situation dans ce cycle de luttes. Mais ce qui disparaît comme prolétariat réapparaît au sein du peuple comme « pauvres », et le scandale social demeure, aussi inexplicable qu’insupportable.

Il faut s’attarder sur un point : si le « peuple » n’est d’une part que l’unification idéologique des rapports sociaux capitalistes, il est également, et de ce fait même, comme société civile (bürgerliche Gesellshaft selon Marx, « société bourgeoise »), un sujet politique. En tant que sujet économique il ne peut remettre en cause ce qui le fait vivre, ce qui fonde les rapports économiques, parce qu’ils sont sa propre activité sociale, à savoir le travail et le salaire, la production et la consommation qui y sont liées, la propriété privée dont il dépend, etc. Mais comme sujet politique son existence entre en contradiction avec cela, un peu de la manière dont dans le monde chrétien médiéval fondé sur l’inégalité entre les individus tous les sujets étaient égaux devant Dieu. C’est sur cette contradiction entre économique et politique, et sur la revendication de subordination de l’économie à la politique que le populisme fonde sa légitimité. Pour poursuivre la métaphore théologique, l’économie représenterait le monde, le corps, la matière impure, et la politique l’âme, insufflée par Dieu, qui doit donner forme à la matière.

On peut dès lors se demander si cette notion de sujet politique universel n’est pas une survivance des vieux Etats-nations et de leur mystique, et ne demande pas à être dépassée dans le capitalisme, par d’autres formes de liens politiques entre individus et institutions. Dans le capital mondialisé, la coupure sociale entre d’une part les métropoles interconnectées et les élites qu’elles produisent et d’autre part les périphéries qui les alimentent devient une réalité incontournable, un zonage fonctionnel qui entre en contradiction avec le sujet universel des Etats-nations tels qu’ils sont sortis de la première révolution industrielle. La métropole ne se résume pas à la ville en tant que telle, mais la ville l’exprime, et ce qu’on en voit laisse à penser qu’elle n’est plus depuis longtemps un lieu d’émancipation, où l’on respire « l’air de la liberté ». Dans ce zonage, qui dépasse les frontières nationales et établit une nouvelle fragmentation de l’espace en leur sein, c’est le sujet démocratique et les institutions qui règlent son existence qui entrent en crise et demandent à être transformés, afin d’entériner ce nouvel état de fait, et de le rendre vivable.

C’est peut-être ce que pointe Maxime Nicolle, qui est à cette occasion plus théoricien qu’il n’y paraît, lorsqu’il affirme contre Samuel Hayat que « la politique, c’est la gestion de la cité », faisant de la politique une question technique, là où Hayat y voit encore l’expression de la lutte des classes [1]. On peut être abstraitement d’accord avec Hayat sur cette dernière affirmation, mais le problème est qu’elle se formule sans que soit posée la question de savoir à quelle politique peut bien mener la lutte des classes telle qu’elle existe en fait, dans les rapports de classe actuels. Si cette question n’est pas posée, c’est qu’elle est déjà résolue : la juste expression de la lutte des classes, son résultat, c’est encore grosso modo le socialisme, et pour l’obtenir, il faut le parti de la classe ouvrière, ou du moins un rapport de force favorable à la classe ouvrière. Paradoxalement, l’absence de perspective historique d’un Nicolle le place peut-être plus près de ce qu’est la dynamique actuelle du capital, traduit la fin de toute idéologie et de toute transcendance, et comme homme de son temps en fait une image inversée de Macron, son reflet complémentaire, et l’éloigne de Hayat.

Il y a peut-être ici un point d’appui pour le dépassement de clivages politiques obsolètes, et la construction de nouveaux rapports de domination capitalistes, dans un contexte où les réminiscences du « pacte social » hérité de l’Etat-nation révolutionnaire sont d’autant plus explosives qu’elles sont anachroniques. La modernité capitaliste a tué Dieu, il n’est pas impossible qu’elle doive maintenant en finir avec le vieil Etat-nation.

Tous les discours et les constructions idéologiques qui s’opposent et se complètent dans le populisme se constituent théoriquement selon ce que Saskia Sassen appelle un « nationalisme méthodologique ». Celui-ci est directement produit par le fait que nul ne puisse aujourd’hui imaginer une sortie du capitalisme qui ne reprenne pas les éléments socialement centraux de celui-ci : le travail qui s’échange contre de l’argent, l’argent qui s‘échange contre des marchandises, la production, l’échange et la propriété. Mais ce dont cette démarche ne peut se rendre consciente, c’est du fait que ce sont bien les Etats eux-mêmes qui travaillent à se « dénationaliser » (Sassen), et qu’ils le font non pas sous la pression d’une idéologie ou d’un dogme (dogme et idéologie ne sont que la traduction politique de la place des dirigeants dans les rapports de classe), ni sous la pression d’obscurs lobbyistes au nez plus ou moins crochu, mais pour des raisons qui tiennent au développement social, matériel et technique du capitalisme contemporain. Cette revendication du primat de la politique qui parcourt tout le prisme de la contestation, de Lordon à Soral, se sait et se veut révolutionnaire, mais la révolution dont il s’agit ici ne promeut rien d’autre qu’un retour paternaliste à une période pré-mondialisation largement fantasmée. Cela ne signifie en rien la fin du capitalisme, si ce n’est sous la forme imaginaire d’une continuité entre peuple et Etat historiquement obsolète, que ce soit sous un mode fascisant, socialisant ou même simplement gaulliste.

Cette révolution nationale-populiste, qui pour l’heure se cherche encore une traduction politique au sein des masses, entend trancher souverainement dans les flux de marchandises et de capitaux, remettre des frontières là où il y a des affaires et du commerce. Sur ce plan, elle est condamnée à échouer pratiquement même si elle remporte la victoire politique. Cet échec comme cette réussite, on le voit dans tous les pays où le populisme est aux affaires, ne se feront que sur le dos des prolétaires et des plus fragiles socialement.

Quoi qu’il en soit, le blocage actuel est effectif et c’est bien lui qui nous donne la tonalité du conflit, et son point de crispation, qui est évidemment politique. En 1968, ce sont les patrons eux-mêmes qui avaient cédé lors des accords de Grenelle, sous l’égide du gouvernement, parce qu’en 1968, les patrons étaient bien la cible du mouvement. Aujourd’hui il ne s’agit que de faire céder l’Etat, en la personne de Macron, et comme tout le monde voit bien qu’il ne cédera pas, il s’agit de le faire partir.

C’est le point de départ interclassiste, la conception de l’Etat comme étant à la fois le problème et la solution, et l’impossibilité de fait de voir les revendications satisfaites qui ont produit la cristallisation du mouvement autour de la politique et de la figure de Macron. On a affaire à un blocage, et à un bras de fer, qui apparaissent sans autre issue que la défaite d’un des deux adversaires. Macron doit faire cesser le mouvement, ou partir. C’est bien aussi ce qu’attend de lui la bourgeoisie : qu’il fasse le sale boulot de mater le peuple, tout en conservant sa légitimité démocratique et l’assentiment des classes moyennes.

L’exercice est difficile et nous renvoie à une figure à laquelle Macron a souvent été comparée, et dont il a par ailleurs fait l’éloge : Margaret Thatcher. Si on voit bien toutes les similitudes entre eux, il est plus intéressant ici de prendre la mesure de ce qui les sépare, et qui rend la situation dans laquelle nous sommes plus explosive encore.

Car c’est une chose de se débarrasser d’un appareil industriel obsolète et d’assumer les dégâts collatéraux qui vont avec, quand ce « sacrifice » de la vieille classe ouvrière s’accompagne de la promesse faite à la classe moyenne de l’entrée dans une société libérale avancée et des perspectives que cela offre, mais c’en est une autre de mettre en place un modèle de société reposant sur des inégalités structurelles croissantes – et c’est cette pilule-là que Macron doit enfoncer dans la gorge des Gilets jaunes, et faire passer en douceur aux autres. On peut d’ailleurs se demander, à ce stade du conflit, et au regard de la gestion catastrophique de celui-ci, si Macron et son équipe sont bien conscients des enjeux véritablement sociaux de ce qu’ils font, au-delà du calendrier des réformes libérales qu’ils continuent à appliquer comme mécaniquement. La position de domination absolue, la garantie de voir toutes leurs réformes ratifiées par le parlement, le soutien sans faille des classes moyennes supérieures terrifiées par la perspective de voir leurs privilèges remis en cause, ouvre pour l’heure un boulevard répressif à l’exécutif, et lui permet de continuer à nier le problème. Il parait cependant difficile d’ériger l’écrasement en système.

Thatcher pouvait en son temps s’appuyer sur la stabilisation de l’inflation et l’ouverture de nouveaux secteurs d’emploi, notamment dans le tertiaire, pour apaiser les tensions liées à l’explosion du nombre de chômeurs que sa politique avait créée. Une bonne couche de nationalisme là-dessus avec la guerre des Malouines suffisait à obtenir un calme relatif et à faire oublier l’écrasement sur lequel tout cela reposait. Aujourd’hui le sacrifice ne s’accompagne d’aucune promesse, si ce n’est celle faite aux classes supérieures d’avoir la garantie que la domesticité reste docile et que leurs privilèges demeurent protégés. Sur cette base étroite, on peut toujours se faire élire, au prix d’une abstention massive, mais il ne faut pas s’attendre à être ensuite acclamé. L’incendie n’est pas près de s’éteindre.

Ce qu’implique la gestion de crise macronienne, c’est l’isolement des classes inférieures, et à cet isolement répond la bunkérisation du pouvoir et du bloc bourgeois qu’il constitue autour de lui. La coupure entre la périphérie et la métropole où se concentrent capitaux et lieux de décision politiques et économiques, entre les parcours et les espaces de relations balisés et sécurisés des classes moyennes supérieures qui dépendent de cette métropole et l’exposition à tous les risques sociaux et aux quatre vents des caprices du capital des classes inférieures, trouve alors son expression directe dans la confrontation entre Macron et sa clique et les Gilets jaunes. Pour l’heure personne ne peut dire comment cette confrontation va se résoudre, tant elle est l’expression de problèmes structurels, qu’aucune mesure gouvernementale ne peut résoudre.

Dans cette impasse, où tout dialogue est impossible et voulu comme impossible, la répression est la seule réponse, et c’est naturellement la voie choisie par l’Etat. Cependant, si écraser ou étouffer le mouvement est toujours techniquement possible (encore qu’à grand coût politique), et si cette idée est paralysante tant on sait le caractère sanguinaire que peut prendre un Etat qui se tourne contre sa population, il faut pourtant se poser la question d’un véritable retour à l’ordre, que l’écrasement est incapable de garantir, et qui devra bien être trouvé, parce que quelle que soit la surenchère du pouvoir, la dénonciation d’une menace terroriste supposée et l’exhibition des FAMAS des soldats de Sentinelle, ce qui se passe n’est pas (encore) une guerre civile. Il n’est cependant pas exclu qu’on en vienne là si le régime libéral persiste à vouloir s’imposer en écrasant toute opposition.

Car si comme Thatcher l’a fait et comme c’est désormais acquis aussi en France, on peut faire plier les syndicats et les intégrer, défaire une catégorie de travailleurs comme les mineurs ou les cheminots, isoler des groupes marginaux d’anarchistes ou les Blacks Blocs, et si les « barbares » des cités sont immédiatement marginalisés par leur statut social même, il est beaucoup plus compliqué de traiter avec un mouvement diffus et multiforme comme celui des Gilets jaunes. Macron a beau se dresser en rempart contre le populisme lorsque celui-ci est incarné par Le Pen, le problème est tout différent lorsque le populisme n’est plus seulement le discours insidieux de tribuns avides de pouvoir, mais tend à se confondre avec une activité de lutte portée par « le peuple » lui-même, quel que soit le caractère artificiel de cette construction.

De la guerre de légitimité entre Macron et les Gilets jaunes, Macron ne peut sortir vainqueur que par défaut, parce qu’il ne tire pas sa légitimité de lui-même, mais de sa position à la tête de l’Etat, parce qu’il est garant de l’ordre et le dernier rempart de la bourgeoisie, qui n’a pour l’heure personne d’autre à promouvoir au sein de la vieille classe politique rompue aux affaires (dans tous les sens du terme). De cette légitimité de position, l’Etat a abusé tout au long de cette crise, de la mauvaise foi assumée jusqu’au mensonge criant, sur les violences policières ou le chiffre des manifestants. Cela vient confirmer que tout Etat a droit de vie et de mort sur sa population, tant que se maintient l’ordre capitaliste en son sein. Ceux qui déplorent la perte de souveraineté des Etats devraient se réjouir du fait que cette souveraineté-là du moins ne soit jamais véritablement remise en cause.

Mais réprimer une telle activité de lutte, qui ne tire pas sa légitimité de sa position mais de son être, et se fait au nom des valeurs communes promues par les démocraties libérales, ne peut se faire sans phrases. Ce mouvement ouvre un moment politique qui permet de penser la possibilité d’un nouveau compromis de classe, qui permette cette répression, au-delà de son aspect seulement policier, et la rende acceptable au quotidien. Cela ne peut se faire de la part de la bourgeoisie qu’en consentant à des concessions acceptables par tous afin d’obtenir une paix sociale relative, et toute provisoire. C’est cette formule, qui reste à trouver, qui permettrait au mouvement des Gilets jaunes de sortir de la contradiction que constitue son refus de la politique assorti de la demande permanente d’une meilleure politique. Cependant, sortir de cette contradiction signifierait aussi la fin des Gilets jaunes, ce qui contribue à maintenir le mouvement dans une négativité caractéristique de la forme actuelle de la contradiction de classe : ce qu’on sait devoir accepter et qui nous constitue, on le refuse pourtant.

L’équation est compliquée, car dans la conjoncture actuelle aucune politique de justice sociale effective ne peut être menée par quelque Etat que ce soit sans se couper du marché mondial, ce que personne n’envisage sérieusement, parce qu’il ne s’agit pas d’un point de décision politique, mais du rapport structurel des Etats dans le monde capitaliste. On ne fait pas ce qu’on veut, et moins que jamais, le « socialisme dans un seul pays » n’est possible. Par ailleurs, aucune formation politique existante ne porte un programme susceptible de créer un tel consensus. Les Gilets jaunes eux-mêmes ne produisent pas de leaders identifiables susceptibles de porter un projet politique positif allant dans ce sens, et semblent même attentifs à ne pas en produire. Par ailleurs le refus de la politique empêche aussi le RN de capitaliser sur cette lutte, comme il avait de bonne raison d’espérer le faire. Le Pen, pour beaucoup, c’est encore le vieux monde et il n’est pas certain que les résultats électoraux des européennes soient bien différents de ceux des présidentielles. Les Gilets jaunes sont un sujet à la fois disponible et extrêmement rétif à la politique, c’est là un des fondements de sa radicalité et de son pouvoir de déstabilisation de toutes les institutions, dont il parle le langage sans jamais accepter jusqu’au bout la logique.

Cependant, ce mouvement porte manifestement des contenus tels qu’il semble probable que tôt ou tard un parti ou une coalition porte jusqu’aux institutions un mode de gouvernement répondant aux nécessités de ce nouveau compromis de classe, comme les Partis communistes et les syndicats ont répondu en leur temps à la nécessité de l’intégration de la classe ouvrière.

Ce compromis peut passer par l’ouverture à moindres frais de nouvelles garanties et droits sociaux, obtenus sur une base étroite de charité publique, sur une politique active envers les SDF et les retraités pauvres par exemple, sur l’attribution sélective de logements sociaux, sur l’instauration d’un revenu garanti absorbant toutes les allocations, le tout assorti de contreparties en termes de disponibilité aux offres d’emploi les moins reluisantes, etc. Des manières de s’occuper du « peuple » en disposant des filets de sécurité autour des plus misérables tout en accentuant la contrainte au travail, avec le ressort évident de la stigmatisation des paresseux et le rejet de l’étranger sont déjà expérimentées avec plus ou moins de succès dans les pays où les populistes ont commencé à gouverner. Des dispositifs de ce type, amenés par une promotion politique habile, pourraient bien venir en remplacement du système social à la française, si on prend soin de les adapter aux exigences de la transformation de la force de travail dans le capitalisme restructuré. A condition aussi qu’ils n’occasionnent pas une hausse du coût du travail pour les capitalistes et qu’ils n’entravent pas la circulation mondiale des capitaux, et qu’ils garantissent la préservation des privilèges de la métropole. Autant dire que la marge de manœuvre est étroite. C’est là une solution possible, la résolution toute provisoire de l’équation impossible entre l’existence économique du peuple et son existence politique, et c’est bien la proposition que fait le populisme au capital, comme le fascisme l’a fait en son temps.

Il y aurait également, sans parler du RIC au sens où l’entendent les Gilets jaunes, de nombreuses possibilités d’installer de nouveaux dispositifs de démocratie locale, qui permettraient d’entériner démocratiquement la coupure entre la métropole et la périphérie par le libre jeu des décisions des citoyens « entre eux », en les associant à des décisions locales, chacun dans sa sphère. Ici aussi, les variations innocentes autour de la forme référendaire sont vastes et ouvertes à la fantaisie des entrepreneurs politiques en tous genres.

Il y aurait là une réponse politique adéquate au fait que les Gilets jaunes réclament en masse la résolution de situations individuelles, et qui existent comme individuelles en raison même des transformations sociales en cours. Emietter cette masse est de l’intérêt d’un Etat qui dépasserait alors son propre caractère « populiste » au sens politique pour se faire gestionnaire des situations particulières, en les dépolitisant. La gestion fine de la main-d’œuvre excédentaire, le dispatch des surnuméraires dans des petits boulots où des travaux d’intérêts général pourraient mettre à disposition des capitalistes comme des services publics en cours de démantèlement une masse de main-d’œuvre non négligeable et bon marché. Nombre de ces processus sont déjà en cours, non seulement dans ce qu’on appelle les « démocraties illibérales » (qui ne sont illibérales que politiquement et jamais économiquement), mais dans les sociétés libérales elles-mêmes. Il faut considérer l’hypothèse que le populisme puisse paradoxalement être, après la vague ultra-libérale qui a submergé le monde depuis les années 1980, la force la plus apte à achever ce que Saskia Sassen a appelé la « dénationalisation de l’Etat ».

Pour l’heure, en France, une telle force politique n’est pas encore constituée. La grande victoire de Macron, qui est d’avoir rassemblé autour de lui en un parti unique tous ceux qui gouvernent depuis quarante ans, sera peut-être la raison de sa plus grande défaite. Le caractère terrible de la situation dans laquelle nous sommes est qu’il faudrait aller jusqu’à une guerre civile, voire une révolution, pour n’obtenir qu’un renouvellement du personnel politique et de nouveaux modes de domination et d’exploitation. Mais avant d’en arriver là, des prolétaires sont encore susceptibles de se mettre en action, sans autre but politique que de manifester le caractère insupportable de cette société. Et tant que cette activité se déploie librement, sans être placée sous la direction d’un parti ou d’un discours politique constitué susceptible de la canaliser, et qu’en outre la crise sociale se double de la menace d’une crise économique du type de celle qu’on a connu en 2008, nul ne peut vraiment dire ce qui peut résulter d’une telle situation.

 

[1] Voir notamment cet entretien dans Ballast et cette émission du 31 janvier 2019 diffusée par Le Média.

Greek translation by In Medias res.

4 commentaires

  1. On nous a volé nos mots, volons les leurs.
    Je suis capitaliste, j’aime les milliardaires, je suis pour que le travail paie, je suis pour que chacun est sa chance comme au LOTO.
    Je suis pour l’ÉGALITÉ mais avec mesure.
    Pour la LIBERTÉ d’entreprendre.
    Et bien SÛR pour la FRATERNITÉ.
    JE SUIS GILETS JAUNES.
    MAIS J’AI UNE REVENDICATION SIMPLE, COMPRÉHENSIBLE PAR TOUS, ET JUSTE.
    NUL CITOYEN NE PEUT RECEVOIR EN HÉRITAGE SA VIE DURANT UN CAPITAL SUPÉRIEUR À X FOIS LE SALAIRE ANNUEL MINIMIM.
    TOUT CITOYEN DANS LE CADRE DE LA LIBERTÉ D’ENTREPRENDRE PERÇOIT À 18 ANS UN CAPITAL EGAL Y% DU SALAIRE ANNUEL MINIMUM. (CE MONTANT EST COMPRIS DANS L’HÉRITAGE MAXIMUM).
    LA SUITE SUR MON PROFIL FACEBOOK

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s